c. La géothermie profonde

c. La géothermie profonde

Elle utilise l’extraction d’eau chaude du sous-sol par un ou plusieurs puits profonds (~5000 m). Cette eau est transformée en vapeur par un échangeur thermique, et la vapeur est utilisée pour entrainer une turbine qui produit de l’électricité. L’eau refroidie est alors réinjectée en profondeur. En France, cette technique a été testée à Soultz-sous-Forêts, en Alsace où une remontée du Moho entraine un gradient géothermique élevé (figures 7 et 10).

Localisation de Soultz-sous-Forêts sur la carte des profondeurs du Moho
Localisation de Soultz-sous-Forêts sur la carte des profondeurs du Moho
Crédits: Géologie et Géodynamique de la France. Dercourt. Ed. Dunod

Même s’il s’agit là de l’exploitation d’une ressource naturelle renouvelable et gratuite aux premiers abords, le pompage de l’eau et le processus de transformation de l’eau en vapeur par échangeur thermique entrainent des surcoûts qui font que cette énergie est assez chère (en 2015, date prévue de l’exploitation du site, le kW/h produit à Soultz-sous-Forêts avoisinera les 8 cents d’euro contre ~4 cents pour un kW/h produit actuellement grâce au charbon, au nucléaire, au gaz ou à l’éolien). Cette ressource ne deviendra véritablement compétitive que lorsque le prix des matières énergétiques aura augmenté.

Les figures 11 et 12 font une synthèse des utilisations de la géothermie en fonction des températures et des techniques d’utilisation de la géothermie de très-basse énergie, de basse énergie de haute énergie et de la géothermie profonde.