Document sans nom

Précis de morphologie

Apprendre à reconnaître les formes

 

PREMIERE PARTIE : LES DECLINAISONS
  1. Les trois déclinaisons
  2. La première déclinaison des noms ou déclinaison en A
    1. Introduction
    2. Déclinaisons des noms féminins
    3. Déclinaisons des noms masculins
  3. La deuxième déclinaison des noms ou déclinaison à voyelle thématique O
  4. La troisième déclinaison ou déclinaison des noms athématiques
    1. Les radicaux terminés par une consonne autre que s
    2. Les radicaux terminés par un s
    3. Les radicaux terminés par une voyelle
  5. Index inverse des désinences des déclinaisons
  6. Les déclinaisons des adjectifs
    1. Les trois classes d'adjectifs
    2. Comparatif et superlatif
  7. Les déclinaisons des pronoms personnels et du pronom anaphorique
    1. Première et deuxième personnes
    2. Le pronom anaphorique au)to&n
  8. Les déclinaisons de quelques déterminants-pronoms
    1. L'article défini
    2. au)to&j : identité et ipséité
    3. Les adjectifs possessifs
    4. Les démonstratifs
    5. Totalité et distributivité
    6. Les indéfinis et les interrogatifs
    7. Les adjectifs numéraux cardinaux et ordinaux
    8. Les indéfinis négatifs
    9. Les pronoms et adjectifs relatifs

DEUXIEME PARTIE : LES CONJUGAISONS

  1. Structure et constituants de toute forme verbale
    1. Toute forme verbale est de la structure suivante
    2. Les formes de l'augment
    3. La voyelle thématique
    4. Les formes du redoublement
    5. Les désinences : marquage de la personne et de la voix
    6. Les thèmes verbaux : marquage de l'aspect et du temps
  2. Les suffixes du mode infinitif
  3. L'association des quatre thèmes verbaux étudiée à travers les formes d'infinitif et d'indicatif de quelques verbes
  4. Le mode indicatif
    1. Le présent (PR)
    2. L'imparfait
    3. L'aoriste
    4. Le futur
    5. Le parfait
  5. Le mode participe
    1. Examinons les formes verbales suivantes
    2. Caractéristiques morphologiques des formes de participe
  6. Le mode subjonctif
  7. Le mode optatif
  8. Le mode impératif

TROISIEME PARTIE : LES MOTS INVARIABLES

  1. Plusieurs classes de mots
    1. Les adverbes créés par dérivation suffixale
    2. Les adverbes créés par figement casuel

-------------------------------

En Grec, tous les mots qui ne sont pas invariables se déclinent ou se conjuguent.

Toutes les formes personnelles des verbes se conjuguent, c'est-à-dire qu'elles ont des finales différentes pour les six personnes.

Les noms et tout ce qui les détermine (article, adjectifs, déterminants...) se déclinent, c'est-à-dire changent de finale selon la fonction du groupe syntaxique auquel ils appartiennent dans la phrase. Il y a cinq finales possibles pour un nom au singulier, et autant au pluriel : ce sont les terminaisons casuelles de nominatif, vocatif, accusatif, génitif et datif (abrégées dorénavant en N, V, A, G, D). La forme adjectivale du verbe, le participe, se décline aussi.

La morphologie est l'étude de ces variations de formes.

L'étude des déclinaisons est aussi détaillée que possible ; pour les conjugaisons, à l'inverse, les informations sont précises mais délibérément sommaires puisqu'il s'agit d'une initiation. L'objectif étant la reconnaissance des formes, les informations fournies ne sont pas connues pour permettre les choix entre variantes pour produire une forme correcte.


PREMIERE PARTIE : LES DECLINAISONS

0.      Les trois déclinaisons

Un type de déclinaison s'identifie grâce à la forme de son génitif et de son nominatif singuliers ; voici les finales qui différencient les différents types :

 

Génitif singulier

Nominatif singulier

1° déclinaison :

aj / hj

a /   h

2° déclinaison :

ou

o-j

3° déclinaison :

oj /   wj

- j ou allongement

3° d. sigmatique neutre :

ouj

suffixe oj

A l'intérieur de chaque type de déclinaison, il y a des sous-types : les différences tiennent soit à une différence de genre, soit à la forme particulière d'un suffixe, soit à des problèmes phonétiques au point de rencontre entre radical et terminaison casuelle.

Comparaison des finales casuelles des deux premières déclinaisons (qui s'ajoutent après la voyelle caractéristique de la fin du radical ( a / h ou o  ) :

 

Singulier

Pluriel

 

1°d

2°d

1°-2°d

N

rien

j

i

V

rien

e

i

A

n

 

j

G

j

ou

wn

D

i souscrit

 

ij

Finales casuelles de la troisième déclinaison :

Singulier

Pluriel

N

j ou allongement de la voyelle finale

ej

V

j ou rien

ej

A

a ou n

aj ou même forme qu'au nominatif

G

oj ou wj

wn

D

i

si

  1. La première déclinaison des noms ou déclinaison en A

1.1.          Introduction

A un moment de l'histoire de la langue grecque, et dans le dialecte de l'Attique, le phonème a long a eu tendance à se fermer en h sauf après r et les voyelles. Cette évolution a subdivisé chacun des types.

1.2.          Déclinaisons des noms féminins

Se déclinent selon la première déclinaison un grand nombre de noms féminins qui ont :

- des radicaux s'achevant à tous les cas du singulier par un a long ( sofi&a ) ou un h   ( timh& )

- des radicaux s'achevant en a bref au nominatif et à l'accusatif singulier, et en a long   ( a)lh&qeia, a)lhqei&aj ) ou h ( do&ca, do&chj ) au génitif et au datif singuliers.

Le pluriel a les mêmes formes pour tous les sous-types.

Singulier

Pluriel

à voy. longue : a long ou h

à voy. brève a au N-V-A

après cons.

après voy.ou r

après cons.

après voy.

tous types

 
       

N

h( timh&

h( sofi&a

h( do&ca

h( a)lh&qeia

ai( timai&

V

timh&

sofi&a

do&ca

a)lh&qeia

timai&

A

th_n timh&n

th_n sofi&an

th_n do&can

th_n a)lh&qeian

ta_j tima&j

G

th=j timh=j

th=j sofi&aj

th=j do&chj

th=j a)lhqei&aj

tw=n timw=n

D

th=|   timh=|

th=| sofi&a|

th=|    do&ch|

th=|    a)lhqei&a|

tai=j timai=j

1.3.          Déclinaisons des noms masculins

Certains mots de la première déclinaison sont des masculins. Ils ont tous un thème en - a long (après voyelle) ou en - h (après consonne), et présentent plusieurs caractéristiques particulières au singulier :

– le nominatif singulier présente une désinence en – j  : o( poli&th j

– le vocatif singulier est en - a bref , alors que les féminins ont la même forme qu'au nominatif.

le génitif est analogue à celui de la deuxièmes déclinaison : tou= poli&t ou  

Le pluriel est identique à celui des noms féminins.

 

Singulier

Pluriel

N

o(   neani&aj

o(   poli&thj

oi( neani&ai

V

neani&a

poli=ta

neani&ai

A

to_n neani&an

to_n poli&thn

tou_j neani&aj

G

tou= neani&ou

tou= poli&tou  

tw=n   neaniw=n

D

tw=| neani&a|

tw=| poli&th |

toi=j neani&aij


  1. La deuxième déclinaison des noms ou déclinaison à voyelle thématique O

La voyelle thématique est la voyelle o qui achève le radical ; elle prend la forme e au vocatif ; elle s'est combinée avec la terminaison de cas quand la finale est en w ou en ou.

Cette déclinaison compte beaucoup de noms neutres et de noms masculins, et quelques noms féminins (en particulier des noms d'arbres) qui se déclinent comme les noms masculins (attention à l'article qui est alors féminin).

Masculin

Neutre

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

N

o( lo&g o j

oi( lo&g oi

to_ dw=r on

ta_   dw=r a

V

lo&g e

lo&g oi

  dw=r on

dw=r a

A

to_n lo&g o n

tou_j lo&g ouj

to_ dw=r on

ta_   dw=r a

G

tou= lo&g ou

tw=n   lo&g wn

tou= dw&r ou

tw=n   dw&r wn

D

tw=| lo&g w|

toi=j lo&g oij

tw=| dw&r w|

toi=j dw&r oij

  1. La troisième déclinaison ou déclinaison des noms athématiques

Elle présente plusieurs sous-types selon la finale du radical : consonne, s, voyelle.

3.1.          Les radicaux terminés par une consonne autre que s

3.1.1.      A marque de nominatif sigma  

Leur radical se termine par une occlusive dentale ( d, t, q ), labiale ( b, p, f ) ou gutturale ( g, k, x ). Quand la terminaison casuelle commence par une consonne (au nominatif singulier et au datif pluriel), la rencontre des consonnes provoque des modifications, soit dans la graphie ( ks, gs = c, ps, bs = y ), soit dans la prononciation (les dentales devant s disparaissent).

Beaucoup d'entre eux sont des noms masculins ou féminins.

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

N

pai= j

pai=d ej

ko&rac

ko&rak ej

V

pai=

pai=d ej

ko&rac

ko&rak ej

A

pai=d a

pai=d aj

ko&rak a

ko&rak aj

G

paid o&j

pai&d wn

ko&rak oj

kora&k wn

D

paid i&

pai si&

ko&rak i

ko&raci

Il y a aussi des noms neutres. Ils n'ont pas de terminaison de nominatif singulier en – j , l'occlusive qui achève leur radical est donc en position finale, et de ce fait elle disparaît :

 

Singulier

Pluriel

N-A

sw=ma

sw&mat a

G

sw&mat oj

swma&t wn

D

sw&mat i

sw& ma si

3.1.2.      A nominatif marqué par un allongement

C'est le cas pour les noms dont la consonne finale du radical est en – r   ou en – n  :

 

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

N

r(h&twr

r(h&tor ej

dai&mwn

dai&mon ej

V

r(h=tor

r(h&tor ej

dai=mon

dai&mon ej

A

r(h&tor a

r(h&tor aj

dai&mon a

dai&mon aj

G

r(h&tor oj

r(hto&r wn

dai&mon oj

daimo&n wn

D

r(h&tor i

r(h&tor si

dai&mon i

dai&mo si

Remarque : au datif pluriel, la nasale n de fin du radical (qui est une dentale) disparaît devant le s.

C'est aussi le cas pour les noms de parenté  path&r "père", mh&thr "mère", quga&thr "fille", a)nh&r "homme, mari"; ceux-ci ont, de plus, des radicaux dont la forme varie :

 

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

N

path&r

pate&r ej

a)nh&r

a!ndr ej

V

pa&ter

pate&r ej

a!ner

a!ndr ej

A

pate&r a

pate&r aj

a!ndr a

a!ndr aj

G

patr o&j

pate&r wn

a)ndr o&j

a)ndr w=n

D

patr i&

patra& si

a)ndr i&

a)ndra& si

3.2.          Les radicaux terminés par un s

Leur particularité vient du fait que le s entre voyelles a disparu (avant l'époque mycénienne) et que les voyelles ainsi mises en contact ont fini par se contracter ( tou= ge&nouj ge&nes-oj, ta_ ge&nh ge&nes-a, tw=n genw=n gene&s-wn ) ou se diphtonguer ( tw=| ge&nei   ge&nes-i ). Les formes non-contractées existent encore dans les textes archaïques et en poésie.

Pour un Grec de l'époque classique, c'était un type de déclinaison qui n'avait plus de rapport avec le reste de la troisième déclinaison. Les noms les plus nombreux sont les noms neutres à suffixe – oj .

 

Singulier

Pluriel

N-V

to_ ge&noj

ta_ ge&nh

A

to_ ge&noj

ta_ ge&nh

G

tou= ge&nouj

tw=n genw=n

D

tw=| ge&nei

toi=j ge&nesi

Il existe aussi un nom en – hj d'emploi fréquent : h( trih&rhj "la trière" ; c'est un adjectif substantivé à suffixe – hj (voir déclinaison § 5.1.2.).


3.3.   Les radicaux terminés par une voyelle

3.3.1.      A voyelle i et u  : po&lij et a!stu

Les noms en – ij ont un radical qui s'achève par – i (au nomin., vocat. et accus. Sg.) ou par – e (auparavant – e y ou - h y ).

De même, les noms en – uj (et les neutres en – u ) ont un radical qui s'achève par – u (au nominatif, vocatif et accusatif singulier) ou par – e (auparavant – e w ).

 

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

N

h( po&li j

ai( po&leij

to_ a!stu

ta_ a!sth

V

po&li

po&leij

a!stu

a!sth

A

th_n po&li n

ta_j po&leij

to_ a!stu

ta_ a!sth

G

th=j po&le wj

tw=n po&le wn

tou= a!ste wj

tw=n a!ste wn

D

th=| po&le i

tai=j po&le si

tw=| a!ste i

toi=j a!ste si

Remarque 1 : a!stu est le nom le plus usuel de cette flexion, mais il existe aussi des masculins ( o( pe&lekuj "la hache").

Remarque 2 : Certaines formes ont une finale contractée : po&leij po&le-ej, a!sth a!ste-a. Le génitif po&lewj provient d'une métathèse de quantité des   voyelles (à partir de po&lh-oj )

3.3.2.      A diphtongue – eu  : basileu&j

  Les noms en – eu&j , qui sont pour la plupart des noms de métier, ont un radical qui s'achève par – eu (au nomin. et vocat. sg., et datif pl.) ou par – e (auparavant - h F ) :

 

Singulier

Pluriel

N

basileu& j

basilei=j et basilh=j

V

basileu=

basilei=j et basilh=j

A

basile& a

basile& aj et basilei=j

G

basile& wj

basile& wn

D

basilei=

basileu= si

Rem : N. Pl. basilh=j basilh&-ej , G. Sg. basile&wj basilh&-oj

3.3.3.      Quelques déclinaisons irrégulières

Elles ont plusieurs radicaux ; ceci est dû à des altérations phonétiques diverses à partir de formes au départ apparentées. Les noms les plus usuels sont nau=j "le navire" et Zeus :

 

Singulier

Pluriel

Singulier

N

nau=j

nh=ej

Zeu=j

V

nau=

nh=ej

Zeu=

A

nau=n

nau=j

Di&a

G

new&j

new=n

Dio&j

D

nhi&

nausi/

Dii&


  1. Index inverse des désinences des déclinaisons

Vous trouverez ici une récapitulation de l'ensemble des terminaisons possibles pour un nom. Cette liste n'est évidemment pas à mémoriser, c'est une aide pour retrouver le modèle de déclinaison d'une forme sur laquelle vous hésitez et identifier son cas.

         a

h(me&ra      N.S. h(me&ra, aj 1°d.
dw=ra N/A.P. dw=ron, dw&rou 2°d. neutre
sw=ma N/A.S. sw=ma, sw&matoj 3°d. conson. neutre
sw&mata N/A.P. sw=ma, sw&matoj 3°d. conson. neutre
e)lpi&da A.S. e)lpi&j, e)lpi&doj 3°d. conson . masc-fém.
basile&a A.S. basileu&j, basile&wj 3°d. en eu-/e-

         h

kefalh & N.S   kefalh&, h=j 1°d.
trih&rh A.S. trih&rhj, trih&rouj 3° d. sigmatique, masc-fém.
ge&nh N/A.P   ge&noj,ge&nouj 3° d. sigmatique, neutre

         i

-i

e)lpi&di D.S.   e)lpi&j, e)lpi&doj 3°d. conson . masc-fém.

-ei

trih& rei D.S. trih&rhj, trih&rouj 3° d. sigmatique, masc-fém.
po&lei D.S. po&lij, po&lewj 3°d. en i-/e-
basilei= D.S. basileu&j, basile&wj 3°d. en eu-/e-

ATTENTION : aussi 3°S. des verbes à l'indicatif présent

-ai

h(me&rai   N.P. h(me&ra, aj 1°d.

 

-oi

lo&goi N.P.   lo&goj, lo&gou 2°d. masc-fém.

ATTENTION : aussi 3°S. des verbes à l'optatif présent actif

-si

            tous les D.P. 3°d.

ATTENTION : aussi 3°P. des verbes à l'indicatif présent actif, et D.P. des verbes au participe actif

            iota souscrit

            tous les D.S. 1° et 2°d.

ATTENTION : aussi 3°S. des verbes au subjonctif actif, et 2°S. des verbes au subjonctif moyen-passif

         n

-an

h(me&ran A.S. h(me&ra, aj 1°d.

-hn

kefalh&n A.S. kefalh&, h=j 1°d.

-i-n

po&lin A.S. po&lij, po&lewj 3°d. en i - / e -

-u-n

pe&lekun A.S. pe&lekuj, pele&kewj 3°d. en u -/ e -

-o-n

lo&gon A.S. lo&goj,lo&gou 2°d. masc-fém.
dw=ron N/ A.S. dw=ron, dw&rou 2°d. neutre

ATTENTION : aussi   1°S et 3°P. verbes à l'indicatif passé actif

- wn

            tous les génitifs pluriels

ATTENTION : aussi les nominatifs au masculin singulier de nombreux verbes au participe présent et aoriste actif

         j

-aj

h(me&raj G.S. et A.P. h(me&ra, aj 1°d.
e)lpi&daj   A.P e)lpi&j, e)lpi&doj 3°d. conson. masc-fém.

-ej

e)lpi&dej N.P. e)lpi&j, e)lpi&doj 3°d. conson. masc-fém.

-hj

kefalh= j G.S. kefalh&, h=j 1°d.
trih&rhj N.S. trih&rhj, trih&rouj 3° d. sigmatique, masc-fém.

-i-j

e)lpi&j   N.S.   e)lpi&j, e)lpi&doj 3°d. conson. masc-fém.

-u-j

pe&lekuj N.S. pe&lekuj, pele&kewj 3°d. en u -/ e -

-eu-j

basileu&j N.S. basileu&j, basile&wj 3°d. en eu -/ e -

-o-j

lo&goj N.S. lo&goj, lo&gou 2°d. masc-fém.
e)lpi&doj G .S. e)lpi&j, e)lpi&doj 3°d. conson . masc-fém
ge&noj N/A .S. ge&noj,ge&nouj 3° d. sigmatique, neutre

- wj

po&lewj G.S po&lij, po&lewj 3°d. en i -/ e -
basile&wj G.S. basileu&j, basile&wj 3°d. en eu -/ e -

ATTENTION : aussi les adverbes de manière dérivés d'adjectifs   ( h( de&-wj agréable-ment)

-ouj

lo&gouj A.P. lo&goj, lo&gou 2°d. masc-fém.
trih&rouj G.S. trih&rhj, trih&rouj 3° d. sigmatique, masc-fém.

 

-eij

po&leij N/A.P. po&lij, po&lewj 3°d. en i -/ e -
trih&reij N/A.P. trih&rhj, trih&rouj 3° d. sigmatique, masc-fém.
basilei=j N/A.P. basileu&j, basile&wj 3°d. en eu -/ e -

ATTENTION : aussi 2°S. des verbes au présent de l'indicatif actif

-aij

h(me&raij D.P. h(me&ra, aj 1°d.
kefalai=j D.P. kefalh&, h=j 1°d.

-oij

lo&goij D.P. lo&goj, lo&gou 2°d. masc-fém.

ATTENTION : aussi 2°S. des verbes au présent de l'optatif actif


  1. Les déclinaisons des adjectifs

Pour pouvoir s'accorder avec n'importe quel nom, un adjectif a trois genres : le masculin, le féminin et le neutre (c'est dans cet ordre que sont présentées les formes de nominatif dans les lexiques). Il a aussi un singulier, un duel et un pluriel.

5.1.   Les trois classes d'adjectifs.

On distingue trois classes d'adjectifs.

5.1.1.      La première classe

Les adjectifs de la première classe se déclinent au masculin et au neutre sur le modèle de la deuxième déclinaison, et au féminin sur celui de la première déclinaison :

a)gaqo&j, a)gaqh&, a)gaqo&n (génitif a)gaqou=, a)gaqh=j, a)gaqou= ) : bon

sofo&j, sofh&, sofo&n (génitif sofou=, sofh=j, sofou= ) : sage, savant

di&kaioj, dikai&a, di&kaion (génitif dikai&ou, dikai&aj, dikai&ou ) : juste

e)leu&qeroj, e)leuqe&ra, e)leu&qeron (génitif e)leuqe&rou, e)leuqe&raj, e)leuqe&rou ) : libre

 

Certains adjectifs (qui sont en général des adjectifs composés) ont la même forme au féminin qu'au masculin :

e!rhmoj, e!rhmoj,   e!rhmon (génitif e)rh&mou) : désert, solitaire

a!dikoj, a!dikoj, a!dikon (génitif a)di&kou ) : injuste .

5.1.2.      La deuxième classe

Les adjectifs de la deuxième classe se déclinent sur le modèle de la troisième déclinaison ; leur féminin ne se distingue pas du masculin :

            eu)dai&mwn, eu)dai&mwn, eu!daimon    (génitif eu)dai&mon-oj ) : se décline comme dai&mwn.

            a)lhqh&j, a)lhqh&j, a)lhqe&j (génitif a)lhqou=j a)lhqe&s-oj ) : se décline ainsi :

 

Masculin et féminin

Neutre

 

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

N

a)lhqh&j

a)lhqei=j

a)lhqe&&j

a)lhqh=

V

a)lhqe&&j

a)lhqei=j

a)lhqe&&j

a)lhqh=

A

a)lhqh=

a)lhqei=j

a)lhqe&&j

a)lhqh=

G

a)lhqou=j

a)lhqw=n

a)lhqou=j

a)lhqw=n

D

a)lhqei=

a)lhqe&si

a)lhqei=

a)lhqe&si

L'un de ces adjectifs est devenu un nom : h( trih&rhj "la trière" (au départ le nom nau=j est sous-entendu et l'adjectif signifie "à trois rangées de rames").


5.1.3.      La troisième classe

Les adjectifs de la troisième classe se déclinent au masculin et au neutre sur des modèles de la troisième déclinaison ; au féminin, ils se déclinent sur le modèle de a)lh&qeia, a)lhqei&aj ou de do&ca, do&chj .  

La plupart sont des adjectifs à suffixe – u / - e w ( h( d-u-j, gen. * h( d-e w -oj, fem . h(d-e w -ia ) :

 

Masculin

Féminin

Neutre

 

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

N

h(du&j

h(dei=j

h(dei=a

h(dei=ai

h(du&

h(de&a

V

h(du&

h(dei=j

h(dei=a

h(dei=ai

h(du&

h(de&a

A

h(du&n

h(dei=j

h(dei=an

h(dei&aj

h(du&

h(de&a

G

h(de&oj

h(de&wn

h(dei&aj

h(deiw=n

h(de&oj

h(de&wn

D

h(dei=

h(de&si

h(dei&a|

h(dei&aij

h(dei=

h(de&si

5.1.4.      Adjectifs à déclinaison irrégulière

Deux adjectifs ont une déclinaison irrégulière car ils changent de radical selon les formes (sauf au N-V-A singulier, le suffixe – lo   s'ajoute au radical) : me&gaj "grand" et polu&j "abondant" (au singulier) / "nombreux" (au pluriel) :

 

Masculin

Féminin

Neutre

 

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

N

me&gaj

mega&loi

mega&lh

mega&lai

me&ga

mega&la

V

mega&le

mega&loi

mega&lh

mega&lai

me&ga

mega&la

A

me&gan

mega&louj

mega&lhn

mega&laj

me&ga

mega&la

G

mega&lou

mega&lwn

mega&lhj

mega&lwn

mega&lou

mega&lwn

D

mega&lw|

mega&loij

mega&lh|

mega&laij

mega&lw|

mega&loij

 

 

Masculin

Féminin

Neutre

 

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

N

polu&j

polloi&

pollh&

pollai&

polu&

polla&

A

polu&n

pollou&j

pollh&n

polla&j

polu&

polla&

G

pollou=

pollw=n

pollh=j

pollw=n

pollou=

pollw=n

D

pollw|=

polloi=j

pollh|=

pollai=j

pollw=|

polloi=j


5.2.   Comparatif et superlatif

Il y a deux types de formation.

5.2.1.      Le comparatif en – teroj   et le superlatif en – tatoj

Les adjectifs suffixés en – teroj, -te&ra, -teron se déclinent sur le modèle de e)leu&qeroj, e)leuqe&ra, e)leu&qeron . Les adjectifs suffixés en – tatoj, -ta&th, -taton se déclinent sur le modèle de a)gaqo&j, a)gaqh&, a)gaqo&n.

Lorsque ce suffixe s'ajoute à un radical d'adjectif de la première classe, dans certains cas, la voyelle thématique –o- peut être allongée en oméga  :

eu!doco j   eu)doco& teroj   eu)doco& tatoj
sofo& j   sofw& teroj   sofw& tato

Pour les autres types d'adjectifs, on ajoute ces suffixes à la forme à voyelle brève du radical, celle qui apparaît au neutre :

a)lhqh&j   a)lhqe&s teroj   a)lhqe&s tatoj

Pour le type eu)dai&mwn , en ajoute en plus es- entre le radical et le suffixe :

eu)dai&mwn   eu)daimone&steroj   eu)daimone&statoj

5.2.2.      Le comparatif en – i&wn   et le superlatif en – istoj

Ce type de formation est courant pour les adjectifs en -u et pour quelques adjectifs usuels de sens descriptif. Ces suffixes de comparatif et de superlatif remplacent le suffixe de l'adjectif (suffixe – u , -ro-, -o –).

kako&j mauvais kaki&wn ka&kistoj
ai)sxro&j honteux ai)sxi&wn ai!sxistoj
polu&j abondant plei&wn plei=stoj
taxu&j rapide qa&ttwn ta&xistoj
h(du&j agréable h(di&wn h#distoj
me&gaj grand mei&zwn me&gistoj

Le suffixe de comparatif – i&wn   se décline comme dai&mwn . Le suffixe de superlatif – istoj se décline sur le modèle de a)gaqo&j, a)gaqh&, a)gaqo&n.

Certains comparatifs et superlatifs de cette formation sont plus ou moins en rapport sémantique avec un adjectif qui n'est pas formé sur le même radical qu'eux :

a)mei&nwn

plus brave

a!ristoj

très brave

a)gaqo&j

bon

be&ltiwn

plus honnête

be&ltistoj

très honnête

a)gaqo&j

bon

krei&ttwn

plus fort

kra&ristoj

très fort

a)gaqo&j

bon

xei&rwn

inférieur

xei&ristoj

le pire

kako&j

mauvais

e)la&ttwn

moindre

e)la&xistoj

le moindre

mikro&j

petit

  1. Les déclinaisons des pronoms personnels et du pronom anaphorique

6.1.   Première et deuxième personnes :

Aux deux personnes du singulier, on distingue, sauf au nominatif, une série de formes accentuées et une série de formes atones. Les formes accentuées s'emploient après une préposition et quand il y a une emphase sur le pronom (volonté d'insister, ou opposition avec un autre élément).

 

Je

Tu

Nous

Vous

N

e)gw &

 

su&

 

h(mei=j

u(mei=j

A

e)me &

me

se&

se

h(ma=j

u(ma=j

G

e)mou=

mou

sou=

sou

h(mw=n

u(mw=n

D

e)moi &

moi

soi&

soi

h(mi=n

u(mi=n

6.2.   Le pronom anaphorique au)to&n  :

Le pronom anaphorique n'a pas de cas sujet.

 

Masculin

Féminin

Neutre

 

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

A

au)to&n

au)tou&j

au)th&n

au)ta&j

au)to&

au)ta&

G

au)tou=

au)tw=n

au)th=j

au)tw=n

au)tou=

au)tw=n

D

au)tw=|

au)toi=j

au)th=|

au)tai=j

au)tw=|

au)toi=j

  1. Les déclinaisons de quelques déterminants-pronoms

Tous ces mots peuvent être employés comme déterminants d'un nom ou comme pronoms : h( po&lij la cité, h( me&n ... , oi( de& ... celle-ci..., ceux-là... ; ou{toj celui-ci, ou{toj o( a)nh&r cet homme ; pa&ntej tous, pa&ntej oi( a!ndrej tous les hommes...

7.1.   L'article défini

 

Masculin

Féminin

Neutre

 

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

N

o(

oi(

h(

ai(

to&

ta&

A

to&n

tou&j

th&n

ta&j

to&

ta&

G

tou=

tw=n

th=j

tw=n

tou=

tw=n

D

tw=|

toi=j

th=|

tai=j

tw=|

toi=j


7.2.   au)to&j : identité et ipséité

Cet adjectif signifie tantôt "le même" tantôt "lui-même" (voir syntaxe, ¤$$). Sa déclinaison est analogue à celle du pronom anaphorique, à ceci près qu'elle a un nominatif.

 

Masculin

Féminin

Neutre

 

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

N-V

au)to&j

au )toi&

au)th&

au)tai&

au)to&

au)ta

A

au)to&n

au)tou&j

au)th&n

au)ta&j

au)to&

au)ta&

G

au)tou=

au)tw=n

au)th=j

au)tw=n

au)tou=

au)tw=n

D

au)tw=|

au)toi=j

au)th=|

au)tai=j

au)tw=|

au)toi=j

7.3.   Les adjectifs possessifs

1°S

o( e)mo&j,   h( e)mh&,    to& e)mo&n

le mien, mon

2°S

o( so&j,     h( sh&,     to& so&n

le tien, ton

1°P

o( h(me&teroj, h( h(mete&ra, to_ h(me&teron

le nôtre, notre

2°P

o( u(me&teroj, h( u(mete&ra, to_ u(me&teron

le vôtre, votre

7.4.   Les démonstratifs

7.4.1.      Les démonstratifs signifiant "ce", "celui"

Le grec a trois démonstratifs : o#de "ceci", "celui-ci", e)kei=noj "cela", "celui-là", ou[toj "ce", "celui". Le premier ( o#de, h#de, to&de ) est formé d'un premier élément qui se décline comme l'article défini et d'un deuxième élément – de invariable ;   e)kei=noj se décline comme a)gaqo&j (sauf le neutre singulier N-V-A e)kei=no ) ; voici la déclinaison du troisième :

 

Masculin

Féminin

Neutre

 

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

N

ou{toj

ou{toi

au#th

au{ tai

tou=to

tau=ta

A

tou=ton

tou&touj

tau&thn

tau&taj

tou=to

tau=ta

G

tou&tou

tou&twn

tau&thj

tou&twn

tou&tou

tou&twn

D

tou&tw|

tou&toij

tau&th|

tau&taij

tou&tw|

tou&toij

Remarques :

La voyelle de la première syllabe a un timbre variable : c'est un o lorsqu'il y a o, ou ou w dans la marque de cas, c'est un a lorsqu'il y a a ou h dans la marque de cas.

Il est important de bien distinguer ce démonstratif de l'anaphorique  au)to&n : le démonstratif ou{toj porte toujours l'accent sur le upsilon (aigu ou circonflexe) alors que l'anaphorique est accentué sur la dernière syllabe ; toutes les formes du démonstratif, sauf celles du nominatif masculin et féminin, commencent par un ; et celles du nominatif masculin et féminin ont un esprit rude, alors que celles de au)to&n ont un esprit doux.


7.4.2.      Les démonstratifs signifiant "tel" :

En grec, on distingue plusieurs adjectifs démonstratifs là où le français en utilise un seul, "tel" :

Adj. démonstratif

Adj. démonstratif de proximité

tel en qualité :

toiou=toj "tel (que)"

toio&sde "tel (que ceci)"

tel en quantité :

tosou=toj "autant (que)"

toso&sde "autant  (que ceci)"

tel en mesure :

thlikou=toj "aussi grand/âgé (que)"

thliko&sde "aussi grand/âgé (que ceci)"

Seuls sont fréquents toiou=toj et tosou=toj .

 

Masculin

Féminin

Neutre

 

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

N

toiou=toj

toiou=toi

toiau&th

toiau=tai

toiou=to

toiau=ta

A

toiou=ton

toiou&touj

toiau&thn

toiau&taj

toiou=to

toiau=ta

G

toiou&tou

toiou&twn

toiau&thj

toiou&twn

toiou&tou

toiou&twn

D

toiou&tw|

toiou&toij

toiau&th|

toiau&taij

toiou&tw|

toiou&toij

7.5.   Totalité et distributivité

7.5.1.      "Tout" :   pa =j  

 

Masculin

Féminin

Neutre

 

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

Singulier

Pluriel

N

pa=j

pa&ntej

pa=sa

pa=sai

pa=n

pa&nta

A

pa&nta

pa&ntaj

pa=san

pa&saj

pa=n

pa&nta

G

panto&j

pa&ntwn

pa&shj

pasw=n

panto&j

pa&ntwn

D

panti&

pa=si

pa&sh|

pa&saij

panti&

pa=si

La déclinaison de ce mot relève de la troisième classe des adjectifs.

Pa=ja un doublet intensif, a#paj "tous sans exception", qui se décline comme lui.

7.5.2.        "Tous les deux" : a!mfw

Ce mot, parce qu'il désigne une paire, se décline au duel :

N-A            a!mfw                       G-D            a)mfoi=n

7.5.3.        "Chaque" :   e#kastoj , e(ka&teroj

Le déterminant e#kastoj, e(ka&sth, e#kaston, se décline sur le modèle de sofo&j .

Pour signifier "chacun des deux", le grec emploie une forme un peu semblable, e(ka&teroj, e(kate&ra, e(ka&teron, qui se décline comme di&kaioj.

7.6.   Les indéfinis et les interrogatifs

7.6.1.      L'interrogatif-indéfini ti&j

Interrogatif ("qui ?"), ce mot est toujours accentué d'un aigu sur la première syllabe ; en emploi indéfini ("quelqu'un"), il est enclitique (il n'a pas d'accent ou porte un accent sur la deuxième syllabe, par exemple tino&j ).

Pour l'indéfini comme pour l'interrogatif, le référent n'est pas connu du locuteur, celui-ci sait seulement qu'il veut parler d'une chose ou d'un être vivant, mais il ignore si ce dernier est un homme ou une femme ; c'est pour cela qu'il n'y a pas de formes distinctes pour le masculin et pour le féminin.

 

Masc/fem

Neutre

Masc/fem

Neutre

N

ti&j

ti&

ti&nej

ti&na

A

ti&na

ti&

ti&naj

ti&na

G

ti&noj

ti&noj

ti&nwn

ti&nwn

D

ti&ni

ti&ni

ti&si

ti&si

Au génitif et au datif singulier, on a aussi tou= et tw=| (à ne pas confondre avec l'article défini).

7.6.2.      L'interrogatif-indéfini po&teroj, pote&ra, po&teron

Ici aussi, seul l'accent distingue l'interrogatif po&teroj "lequel des deux ?" de l'indéfini potero&j "l'un des deux".

.

7.6.3.      Les adjectifs interrogatifs signifiant "quel"

Comme pour les adjectifs démonstratifs, la classe des adjectifs est scindée en trois domaines :

quel en qualité ?

poi=oj, a ,on

quel en quantité ?

po&soj, h ,on

quel en mesure ?

phli&koj, h, on

Il leur correspond des adjectifs indéfinis : poio&j "d'une certaine qualité", poso&j "d'une certaine quantité", phliko&j "d'une certaine mesure/âge".


7.7.   Les adjectifs numéraux cardinaux et ordinaux

On ne trouvera ici que les plus courants :

 

Cardinaux

Ordinaux

1

ei{j, mi&a, e#n

prw=toj, h, on

2

du/o, duoi=n

deu&teroj, a, on

3

trei=j, tri&a

tri&toj, h, on

4

te&ttarej, a

te&tartoj, h, on

5

pe&nte

pe&mptoj, h, on

6

e#c

e#ktoj, h , on

7

e(pta&

e#bdomoj, h, on

8

o)ktw &

o!gdooj, h, on

9

e)nne&>a

e!natoj, h, on

10

de&ka

de&katoj, h, on

11

e#ndeka

e(nde&katoj, h, on

12

dw&deka

dwde&katoj, h , on

20

ei!kosi

ei)kosto&j, h, on

30

tria&konta

triakosto&j, h, on

100

e(kato&n

e(katosto&j, h, on

Déclinaisons de ei{ j, du/o, trei=j  :

 

Masc.

Fem.

neutre

Masc-fem

neutre

N

ei{j

mi&a

e#n

du/o

trei=j

tri&a

A

e#na

mi&an

e#n

du/o

trei=j

tri&a

G

e(no&j

mia=j

e(no&j

duoi=n

triw=n

D

e(ni&

mia=|

e(ni&

duoi=n

trisi&

7.8.   Les indéfinis négatifs 

Pour signifier "aucun", "personne", le grec emploie les déterminants-pronoms ou)dei&j, ou)demi&a, ou)de&n et mhdei&j, mhdemi&a, mhde&n qui sont formés d'un premier élément négatif ou)d- / mhd-   signifiant "ne pas même" et de l'adjectif numéral cardinal "un" ei{j, mi&a, e#n  ("pas même un" >  "aucun") ; ils se déclinent donc comme celui-ci.

Pour signifier "aucun des deux", on emploie une forme constituée de ou)d - et e#teroj , ou)de&teroj, ou)dete&ra, ou)de&teron   (ou mhde&teroj, mhdete&ra, mhde&teron ), qui se décline comme di&kaioj.


7.9.   Les pronoms et adjectifs relatifs

7.9.1.      Le relatif simple "qui"

 

Sing.

Plur.

 

Masc.

Fem.

Neu.

Masc.

Fem.

Neu.

N

o#j          

h#

o#

oi#

ai#

a#

A

o#n          

h#n

o#

ou#j

a#j

a#

G

ou{

h{j

ou{

w{n

w{n

w{n

D

w{|

h{|

w{|

oi{j

ai{j

oi{j

7.9.2.      Les relatifs composés

L'adjonction au pronom relatif d'un deuxième élément permet de créer un pronom relatif de sens particularisant, o#sper "celui qui précisément", et un pronom relatif de sens généralisant, o#stij "celui qui, quel qu'il soit". Le second élément per est une particule invariable et seul le relatif   o#j se décline. Le second élément tij est le pronom indéfini enclitique, et les deux parties du pronom relatif composé o#j tij se déclinent :

 

  Sing.

Plur.

 

Masc.

Fem.

Neu.

  Masc.

  Fem.

   Neu.

N

o#stij         

h#tij

o# ti

oi#tinej

ai#tinej

a# tina

A

o#ntina          

h#ntina

o# ti

ou#stinaj

a#stinaj

a# tina

G

ou{tinoj

h{stinoj

ou{tinoj

w{ntinwn

w{ntinwn

w{ntinwn

D

w{|tini

h{tini

w{|tini

oi{stisi

ai{stisi

oi{stisi

A la place de ou{tinoj , on trouve parfois o#tou  ; à la place de w{|tini , on trouve parfois  o#tw|.

7.9.3.      Les adjectifs relatifs

Comme pour les adjectifs démonstratifs et relatifs, il y a trois domaines :

quel en qualité

oi[oj, oi#a, oi[on     

quel en quantité

o#soj, o#sh, o#son

quel en mesure

h(li&koj, h(li&kh, h(li&kon

DEUXIEME PARTIE : LES CONJUGAISONS

  1. Structure et constituants de toute forme verbale

8.0. Toute forme verbale est de la structure suivante :

(augment) + thème verbal + (suffixe de mode)* + terminaison

* les éléments entre parenthèses sont facultatifs.

Le thème verbal  comporte les constituants suivants :

(redoublement) + radical + (suffixe de thème*) + (voyelle thématique)

* appelé aussi suffixe de temps.

lu&-s-o-i-men  : thème verbal (radical + suff. de futur + voyelle thématique) + suff. de mode optatif + terminaison 1 e P. active.

pe-poi&h-k-a  : thème verbal (redoublement + radical + suffixe de parfait) + terminaison de 1e Sg active.

Il arrive que le radical soit différent entre les thèmes verbaux ; on appelle ce phénomène le supplétisme . C'est ce que l'on observe dans l'association de ces quatre formes verbales, où trois radicaux différents (* swora, * o)p, * wi&d ) portent l'idée de "voir" selon le temps :

o(rw=men ⇒ * swora&-o-men "nous voyons"

o)yo&meqa ⇒ * o)p-s-o&-meqa "nous verrons" (ce futur a des terminaisons de moyen)

ei!domen   ⇒ * e)- wi&d-o-men "nous vîmes"

e(ora&kamen   ⇒ * swe-swora&-ka-men "nous avons vu".

Dans ce cas, il arrive qu'un thème verbal indique le futur, l'aoriste ou le parfait sans qu'il s'oppose aux autres thèmes verbaux par la variation d'éléments autres que le radical (PR : o(rw=men / AOR : ei!domen ). Mais, même dans ce cas, la structure de chaque thème verbal obéit à l'un des modèles possibles pour le temps en question : o)yo&meqa est un futur à suffixe s tout à fait régulier, e(ora&kamen   était un parfait à redoublement et suffixe ka avant la disparition du wau (w). Les verbes dont la conjugaison repose sur le supplétisme sont peu nombreux, mais fréquents.

8.1.          Les formes de l'augment

A l'indicatif, les temps du passé comportent un préfixe (l'augment) qui prend la forme d'un e quand le radical commence par une consonne, tandis que, lorsque le radical commence par une voyelle, l'augment consiste en un allongement de cette voyelle ( a et e h, ai et ei h|, o w, oi w| ).

le&gw e!legon
lu&w e!luon
a!gw h}gon
e)qe&lw h!qelon
o)straki&zw w)stra&kizon

La présence de l'augment est l'indice d'un temps du passé de l'indicatif (imparfait, aoriste ou plus-que-parfait). Aux autres modes, son absence va de pair avec le fait que les formes ne s'y opposent pas en général par le temps mais par l'aspect.

Quand un verbe est formé avec un préfixe, l'augment, aux temps du passé, se place entre le préfixe et le thème verbal (le préfixe s'élide s'il s'achève par une voyelle) : dia-le&gomai, di-e-lego&mhn.

8.2.            La voyelle thématique

C'est une voyelle qui se trouve à la fin du radical (ou thème). Cette voyelle thématique est un e à la 2e S, 3e S et 2e P, c'est un o à la 1e P, et ce o s'associe souvent à un autre son vocalique à la 1e S et la 3e P.

On la repère très facilement à l'imparfait de l'indicatif actif et au présent moyen :

Imparfait actif de qu&w

1e S

2e S

3e S

1e P

2e P

3e P

e! qu o n

e! qu e j

e!qu e

e) qu& o men

e) qu& e te

e! qu o n

 

Présent moyen de ma&xomai

1e S

2e S

3e S

1e P

2e P

3e P

ma&x o mai

ma&x e i

ma&x e tai

max o & meqa

ma&x e sqe

ma&x o ntai

8.3.            Les formes du redoublement

Il y a deux procédés morphologiques de redoublement selon que le radical verbal commence par une consonne ou une voyelle.

Un radical qui commence par une consonne forme son redoublement en reprenant la consonne suivie de la voyelle i au thème de présent ( di&-dw-mi ), et de la voyelle e au thème de parfait ( le&-lu-ka, pe-poi&h-ka ).

Un radical à initiale vocalique redouble sa syllabe initiale (PR a)r-ar-i&sk-w, AOR a)gagei=n, de a!gw ). Si c'est un parfait il y a de plus allongement de la voyelle initiale du radical ( o => w, a et e => h ) : o!l-wl-a, a)k-h&ko F -a, e)l-h&l-eg-mai .

Certaines formes subissent l'effet de lois phonétiques qui altèrent partiellement ou totalement le redoublement. Ainsi, tous les verbes dont la consonne initiale est une occlusive aspirée ( f q x ) font le redoublement avec la consonne sourde de même articulation ( p t k ) : ti&-qh-mi, pe&-feug-a (de feu&gw ), pe&-fu-ka (de fu&w ).


8.4.            Les désinences : marquage de la personne et de la voix

Dans une forme à un mode personnel, la terminaison indique à la fois la personne et la voix, et le caractère primaire ou secondaire du mode ou du temps.

Quand il s'agit d'une forme d'un mode non-personnel, la terminaison couplée avec un suffixe de mode participe indique à la fois le cas, le genre le nombre de cette forme adjectivale du verbe. Quant au mode infinitif, il n'a pas de terminaison après le suffixe de mode.

8.4.1.     Trois voix : actif, passif, moyen

Le grec a trois voix (au sens sémantique du terme), l'actif et le passif , de même définition qu'en français, et le moyen, employé quand le sujet est affecté lui-même par son action : a!gw "je conduis" [actif], a!gomai "je suis conduit (par quelqu'un)" [passif], a!gomai "je conduis (quelqu'un ou quelque chose) dans mon intérêt" [moyen].

La voix moyenne et la voix passive s'expriment par les mêmes formes au présent et au parfait : on l'appelle cette série de formes communes la conjugaison médio-passive .

Certains verbes de sens actif n'ont pas une conjugaison active mais moyenne : c'est le cas de bou&lesqai "vouloir" et de gi&gnesqai "devenir" (ils n'ont jamais de formes actives). De même, certains verbes actifs ont un futur moyen.

8.4.2.     Plusieurs séries de désinences personnelles

La voix active et la voix médio-passive sont systématiquement distinguées.

Les terminaisons primaires s'observent au présent et au futur du mode indicatif, et à toutes les formes du subjonctif. Les terminaisons secondaires caractérisent les temps passés de l'indicatif (imparfait et aoriste) et le mode optatif.

L'aoriste actif sigmatique et le parfait actif ont aussi un ensemble de terminaisons propres pour les trois personnes du singulier.

Les formations à radical thématique utilisent des terminaisons en partie différentes des formations à radical athématique . Quand elles sont semblables, ces terminaisons s'ajoutent à la voyelle thématique des formations à radical thématique, et il peut y avoir alors des altérations phonétiques (notamment à la deuxième personne du singulier médio-passif, où la disparition du s en position intervocalique entraîne des contractions).

PRIMAIRES

Actif

Actif

Médio-passif

 

thématique

athématique

thém. ET athém.

1S

w

mi

mai

2S

e-ij

j

sai

3S

e-i

si

tai

1P

o-men

men

meqa

2P

e-te

te

sqe

3P

ousi n

asi

ntai

SECONDAIRES

Actif

Actif

Médio-passif

 

thématique

athématique

thém. ET athém.

1S

n

mhn

2S

j

so

3S

   

to

1P

men

meqa

2P

te

sqe

3P

n

san

nto

 

 

Aoriste Actif

Parfait Actif

 

sigmatique

1S

a

2S

a-j

3S

e

1P

a-men

2P

a-te

3P

a-n

a-si

Les tableaux précédents ne présentent que des terminaisons de singulier et de pluriel. Il existe un troisième nombre en grec, le duel. Il a des terminaisons spécifiques aux deuxième et troisième personnes. Il faut distinguer là aussi terminaisons primaires et terminaisons secondaires, et deux voix différentes.

DUEL

PRIMAIRE

SECONDAIRE

Actif

ton

thn

Médio-passif

sqon

sqhn


8.5.            Les thèmes verbaux : marquage de l'aspect et du temps

La conjugaison grecque distingue quatre thèmes verbaux : le prÉsent , le futur , l' aoriste , le parfait .

Le FUTUR est le seul thème verbal qui n'est affecté qu'à l'expression du temps (le temps futur) ; les autres thèmes verbaux ont d'abord une valeur aspectuelle et, dans certains cas, une valeur temporelle.

  • Valeurs aspectuelles

Avec le thème de prÉsent, le locuteur donne une épaisseur temporelle aux événements, ils sont présentés en cours de réalisation (d'où les valeurs duratives, itératives et conatives) ; avec le thème d'aoriste, il mentionne l'événement comme un tout indivisible, cet événement est présenté comme une réalisation immédiate. Le français fait la même distinction, aux temps du passé, dans l'opposition entre l'imparfait (duratif) et le passé simple.

Avec le thème de PARFAIT, $$$Duhoux$$

prÉsent

non- accompli

duratif

aoriste

non-duratif

parfait

accompli

  • L'expression des temps

Les valeurs temporelles, à l'indicatif, se combinent avec les valeurs aspectuelles de la façon suivante :

Valeurs temporelles

actuel

passÉ

avenir

Thèmes verbaux

     

prÉsent

présent

imparfait

 

FUTUR

   

futur

aoriste

 

aoriste

 

parfait

parfait

plus-que-parfait

futur antérieur

Ainsi, l'imparfait est un duratif du passé, et l'aoriste un non-duratif du passé (comme le passé simple français) ; le parfait est un temps du présent qui relève de l'accompli, le plus-que-parfait est un passé de l'accompli.

Le plus-que-parfait et le futur antérieur sont d'usage si rare qu'il n'est pas nécessaire de les étudier dans une initiation.

Quand l'infinitif a valeur temporelle, par exemple dans le discours indirect, les combinaisons sont les suivantes :

 

ASPECTS

Temps des événements

prÉsent

non- accompli

duratif

de l'actuel et du passé

aoriste

non-duratif

du passé

FUTUR

 

de l'avenir

parfait

accompli

de l'actuel


9.      Les suffixes du mode infinitif

Les suffixes d'infinitif sont différents à l'actif selon que le radical est thématique ou athématique, et selon le temps ; en voici un inventaire complet :

ACTIF

Inf. présent thématique: qu& - ein, ble&p - ein

Inf. présent thématique contracte : poiei=n poie&-ein, tima=n tima&-ein

Inf. des aoristes à suffixe - sa : qu= - sai, diw=cai, poih=-sai, timh=-sai

Inf. des aoristes à suffixe comme e!ktein-a : ktei=n-ai

Inf. des aoristes thématiques : ei)p - ei=n, a)gag - ei=n (accent circonflexe sur la finale)

Inf. des présents athématiques ei)mi&, ei}mi, fhmi& : ei}-nai être, i)e&nai aller , fa&-nai dire

Inf. des présents athématiques di&dwmi et ti&qhmi  : dido&-nai, tiqe&-nai

Inf. des parfaits en – ka  : pepoih- k-e&nai

Inf. des parfaits en – : gegon e&nai

médio-passif   -sqai  :

PR thématiques bou&le-sqai ,
PR athématiques di&do-sqai, ti&qe-sqai
AOR sigmatiques qu&sa-sqai

L'ensemble des suffixes est récapitulé dans le tableau suivant (dont la connaissance est suffisante pour identifier une forme d'infinitif et la rattacher à un temps et à une voix) :

 

Thématique

Athématique

 

ACTIF

MOYEN-PASSIF

ACTIF

MOYEN-PASSIF

PR et AOR

-ein

-e-sqai

-nai, -ai,

-sai, -enai  

-sqai

PARFAIT

-enai

-sqai

 

-sqai


10. L'association des quatre thèmes verbaux étudiée à travers les formes d'infinitif et d'indicatif de quelques verbes

Les thèmes verbaux sur lesquels repose toute la conjugaison du grec sont au nombre de quatre : le présent , le futur , l' aoriste , le parfait .

Quelques exemples :

Infinitif :

PR

FUT

AOR

PFT

thématique

lu&-ein

lu&-s-ein

lu=-sai

le-lu-k-e&nai

thématique contracte

poi-ei=n

poih&-s-ein

poih=-sai

pe-poih-k-e&nai

athématique

ti-qe&-nai

qh&-s-ein

qei=nai qe&-enai

te-qh-k-e&nai

Indicatif présent 2 e pluriel :

       

thématique

lu&-e-te

lu&-s-e-te

e)- lu&-sa-te

le-lu&-ka-te

thématique contracte

poi-ei=-te

poih&-s-e-te

e)-poih&-sa-te

pe-poih&-ka-te

athématique

ti&-qe-te

qh&-s-e-te

e!-qe-te

te-qh&-ka-te

Dans les formes de ce tableau, le thème verbal de présent se réduit au radical pour les verbes thématiques, et à un radical ( qe ) précédé d'un redoublement en i ( ti ) pour les verbes athématiques, mais il existe aussi quelques présents thématiques à redoublement ( gi&-gn-o-mai, gi-gnw&-skw ) et quelques présents athématiques sans redoublement ( ei}mi, ei)mi&, fhmi& ).

Le thème verbal de futur comporte toujours le suffixe – s – suivi de la voyelle thématique.

Le thème verbal d'aoriste lié à ces présents thématiques a en général un suffixe – sa - (qui n'est pas suivi de la voyelle thématique), celui des verbes athématiques n'a pas de suffixe et il se distingue de celui du présent par l'absence de redoublement. Mais il existe des aoristes thématiques liés à des présents thématiques : ils n'ont pas le suffixe – sa - mais une forme semblable à celle d'un imparfait, à part une variation dans le radical :

PR

IMPFT

AOR

PFT

feu&g-w

"je fuis"

e!-feug-o-n

e!-fug-o-n

pe&-feug-a

La plupart des parfaits ont un redoublement et un suffixe – ka -, mais celui-ci se réduit parfois à – a , comme dans pe&-feug-a.

L'association des quatre thèmes verbaux n'est donc pas prédictible, sauf pour les verbes thématiques contractes et la plupart des verbes athématiques. En revanche, il est toujours possible d'identifier les différents constituants de la forme verbale et d'en déduire le temps et le mode, et c'est ce qui est important pour comprendre un texte.


11.   Le mode indicatif

L'indicatif n'a pas de suffixe de mode.

On va détailler ici, temps par temps, les différentes formations.

11.1. Le présent (PR)

La structure d'une forme d'indicatif présent est toujours :

thème verbal de PR + terminaisons primaires

11.1.1 Présent à radical thématique non-contracte, à l'actif et au moyen-passif

Les terminaisons primaires sont différentes pour l'actif et pour le moyen-passif (voir §8.4.2). A l'actif elles sont de deux types selon que le thème verbal s'achève ou non par la voyelle thématique (voir §8.2). Tre&f-w est un présent à voyelle thématique :

 

Actif

Médio-passif

1 e S

tre&f-w

tre&f-o-mai

2 e S

tre&f-e-ij

tre&f-h| ou ei

3 e S

tre&f-e-i

tre&f-e-tai

1 e P

tre&f-o-men

tref-o&-meqa

2 e P

tre&f-e-te

tre&f-e-sqe

3 e P

tre&f-ousi n

tre&f-o-ntai

La 2 e S médio-passive ressemble souvent à la 3 e S active.

La 2 e S médio-passive thématique est contractée : -e-sai > -eai > ei (avec e long) hi >- ei.

Parfois le thème verbal comporte un suffixe qui n'apparaît qu'au présent :

skw  :

gignw&skw je connais

e!gnwn   je connus.

i&skw  :

qnh|&skw je meurs

e!qanon   je mourus

a&nw  :

lamba&nw je prends

e!labon   je pris

manqa&nw j'apprends 

e!maqon j'appris.

-        y w  : le yod intervocalique a disparu vers la fin de l'époque mycénienne (une partie des verbes contractes thématiques avait jusque là ce suffixe) ; le yod précédé d'une consonne s'est combiné avec elle, et il est important de connaître ces combinaisons pour pouvoir mettre en rapport une forme d'aoriste ou de parfait avec ce type de forme de présent  :

         

PR

AOR

p

+

y

=

pt

bla&ptw

e!blaya

k

+

y

=

tt

pra&ttw

e!praca

d

+

y

=

z

e)lpi&zw

h!lpisa

r

+

y

=

ir

xai&rw

e)xa&rhn

11.1.2. Présent athématique

Di&dw-mi est un présent dépourvu  de voyelle thématique.

Le radical s'achève par une voyelle longue au singulier actif ( w ) et par une voyelle brève (o) au pluriel de l'actif et à toutes les personnes du moyen-passif.

 

Actif

Médio-passif

1 e S

di&dw-mi

di&do-mai

2 e S

di&dw-j

di&do-sai

3 e S

di&dw-si

di&do-tai

1 e P

di&do-men

dido&-meqa

2 e P

di&do-te

di&do-sqe

3 e P

dido&-asi

di&do-ntai

Les mêmes terminaisons peuvent s'ajouter à un radical suffixé :

- nu-mi (pluriel – nu-men ) : dei&knumi "je montre", o!mnumi "je jure"

- nh-mi  (pluriel – na-men ): da&mnhmi "je dompte", du&namai (moyen) "je peux".

Les verbes "être"" et "aller" sont deux verbes au présent athématique très courant et un peu irrégulier.

 

ei}nai  (être)

  i)e&nai (aller)

 

Sg

Pl

Sg

Pl

1 e

ei)mi&

e)sme&n

ei}mi

i!men

2 e

ei}

e)ste&

ei}

i!te

3 e

e)sti&

ei)si&

ei}si

i!asi

Le radical de ei}mi "je vais" est ei)-   au singulier, i!-   au pluriel.

Le radical de ei)mi& "je suis" est tantôt ei)-   tantôt e)s-.

L'accentuation aide à les distinguer : ei}mi "je vais" est toujours accentué sur le radical, alors que ei)mi& "je suis" est enclitique (sauf à la deuxième personne du singulier), et donc accentué, si besoin est, seulement sur la deuxième syllabe.

11.1.3.   Présent des conjugaisons contractes

Parmi les thèmes verbaux thématiques, il faut distinguer les verbes dont le radical se termine par une consonne, un i ou un u de ceux dont le radical se termine par une voyelle e, a ou o.

Pour ces derniers, le radical se terminait par une voyelle (e, o, a) avant l'époque où ont eu lieu les contractions ; il y a encore des formes non-contractées chez Homère. La voyelle thématique ( e / o ) se contracte avec cette voyelle qui finit le radical. Ceci crée, à l'époque classique, des types de conjugaisons particuliers.

Le tableau suivant présente les formes avant contraction (donc semblables à celles de tre&fw ) puis les formes contractées :


contractes

ACTIF

radicaux en E

radicaux en A

radicaux en O

poie& w

poiw=

tima& w

timw=

doulo& w

doulw=

poie& e ij

poiei=j

tima& e ij

tima=|j

doulo& e ij

douloi=j

poie& e i

poiei=

tima& e i

tima=|

doulo& e i

douloi=

poie& o men

poiou=men

tima& o men

timw=men

doulo& o men

doulou=men

poie& e te

poiei=te

tima& e te

tima=te

doulo& e te

doulou=te

poie& ousi

poiou=si

tima& ousi

timw=si

doulo& ousi

doulou==si

           

MEDIO-PASSIF

         

radicaux en E

radicaux en A

radicaux en O

poie& o mai

poiou=mai

tima&& o mai

timw=mai

doulo& o mai

doulou=mai

poie& e i

poiei=

tima& e i

tima=|

doulo& e i

douloi=

poie& e tai

poiei=tai

tima& e tai

tima=tai

doulo& e tai

doulou=tai

poie o& meqa

poiou&meqa

tima o& meqa

timw&meqa

doulo o& meqa

doulou&meqa

poie& e sqe

poiei=sqe

tima& e sqe

tima=sqe

doulo& e sqe

doulou=sqe

poie& o ntai

poiou=ntai

tima& o ntai

timw=ntai

doulo& o ntai

doulou==ntai

11.2. L'imparfait

Ce temps n'existe qu'à l'indicatif.

Le radical est le même que celui du présent.

La forme verbale commence par un augment (voir § 8.1.).

Quand il y a un préfixe, l'augment se place entre le préfixe et le radical du verbe ; sa présence peut modifier la fin du préfixe (élision).

11.2.1 Imparfait à radical thématique, à l'actif et au moyen-passif

Imparfait actif de qu&ein   sacrifier :

1 e S

2 e S

3 e S

1 e P

2 e P

3 e P

e! qu o n

e! qu e j

e!qu e

e) qu& o men

e) qu& e te

e! qu o n

L'alternance de la voyelle thématique est bien visible à l'imparfait.

Tous les verbes dont le présent de l'indicatif a une terminaison de première personne du singulier w forment ainsi leur imparfait.

Imparfait moyen de e!rxesqai   venir :

1 e S

2 e S

3 e S

1 e P

2 e P

3 e P

h)rx o& mhn

h!rx ou

h!rx eto

h)rx o& meqa

h!rx e sqe

h!rx o nto

Tous les verbes dont le présent de l'indicatif a une terminaison de première personne du singulier omai forment ainsi leur imparfait.

Imparfait des verbes contractes :

Ces verbes, dont le présent de l'indicatif a une terminaison de première personne du singulier – w=, ajoutent la voyelle thématique à la voyelle finale de leur radical, puis il se produit des contractions entre ces voyelles : de ce fait, l'alternance vocalique e - o est remplacée par ei - ou dans la conjugaison de poie&w, w= et a - w dans celle de tima&w, w=, et par ou à toutes les personnes dans celle de doulo&w, w=.

11.2.2. Imparfait à radical athématique, à l'actif et au moyen-passif

Imparfait (actif) du verbe être et du verbe dire

j'étais

h} ou h}n

je disais

e!fhn

tu étais

h}sqa

tu disais

e!fhsqa

il était

h}n

il disait

e!fh

nous étions

h}men

nous disions

e!famen

vous étiez

h}te

vous disiez

e!fate

ils étaient

h}san

ils disaient

e!fasan

Imparfait (actif et médio-passif) des verbes athématiques

Il est formé sur le radical de présent (donc avec le redoublement) précédé de l'augment e)-  : e)-ti&-qhn, e)-di&-doun     (1 e Pl.   e)-ti&-qe-men, e)-di&-do-men ).

Certaines finales ressemblent à celles de l'imparfait de poie&w et de doulo&w ( e)ti&qeij, e)ti&qei, e)-di&-doun , e)di&douj,   e)di&dou ).

11.3. L'aoriste

Alors que l'imparfait se forme sur le même thème que le présent, avec des terminaisons de personne particulières, l'aoriste a un thème différent, soit qu'un suffixe soit ajouté au radical, soit que le radical lui-même soit différent.

  • La formation d'aoristes à suffixe – sa est très productive (attention : le s peut se combiner avec la consonne finale, ks > c , ps > y ) :

Qu&ein

PR

IMP

AOR

sacrifier

1 e S

qu&w

e!quon

e!qusa

 

3 e S

qu&ei

e!que

e!quse

 

3 e P

qu&ousi

e!quon

e!qusan

 

Ble&pein

PR

IMP

AOR

regarder

1 e S

ble&pw

e!blepon

e!bleya

 

3 e S

ble&pei e!blepe

e!bleye

 

Diw&kein

PR

IMP

AOR

poursuivre

1 e S

diw&kw

e)di&wkon

e)di&wca

 

Tre&fein

PR

IMP

AOR

nourrir

1 e S

tre&fw

e!trefon

e!qreya

 

Dans l'aoriste e!qreya , on constate qu'en plus du suffixe – sa , il y a exceptionnellement une différence dans le radical, où t alterne avec q.

Quand le verbe au présent est contracte,  l'aoriste a une voyelle longue avant le suffixe en sa :

Poiei=n poi e& -ein PR IMP AOR faire

1 e S poiw= poie&-w     e)poi&oun e)poi&eon    e)poi& h sa

Tima=n tima&-ein PR IMP AOR faire

1 e S timw= tima&-w e)ti&mwn e(ti&ma-on    e)ti&m h sa

  • D'autres aoristes ont la voyelle thématique et les mêmes terminaisons personnelles que les imparfaits , mais alors un changement de radical différencie les deux temps (ces verbes à radicaux multiples sont peu nombreux mais d'usage fréquent) :

a!gein

PR

IMP

AOR

conduire

1 e S

a!gw

h}gon

h!gagon

 

e!xein

PR

IMP

AOR

avoir, tenir

1 e S

e!xw

ei]xon

e!sxon

 

manqa&nein

PR

IMP

AOR

apprendre

1 e S

manqa&nw

e)ma&nqanon

e!maqon

 

le&gein

PR

IMP

AOR

dire, parler

1 e S

le&gw

e!legon

ei}pon

 

  e!rxesqai

PR

IMP

AOR

venir

1 e S

e!rxomai

h)rxo&mhn

h}lqon

 
  • D'autres aoristes ont un   suffixe en – qh  :

bou&lesqai

PR

IMP

AOR

venir

1 e S

bou&lomai

e)boulo&mhn

e)boulh&qhn

 

11.4. Le futur

Il est caractérisé par un suffixe – s - suivi  des finales de conjugaison thématique.

lu&-w lu&-sw

lei&p-w lei&yw lei&p sw

file&-w, w= filh&&-sw

tima& - w, w= timh&-sw

Les verbes qui sont contractes au présent ont à l'aoriste et au futur un allongement de la voyelle finale du radical ( a et e h, o w ) .

Quelques verbes n'ont pas le suffixe   s , mais la même conjugaison qu'un présent contracte en – e&w : il s'agit de verbes ayant au présent un suffixe en – i&zw , ou dont le radical s'achève par l, n ou r :

PR

nomi&zw

a)gge&llw

ba&llw

me&nw

FUT

nomiw=

a)(ggelw=

balw=

menw=

et parfois de verbes dont le radical de présent se termine par une voyelle : PR kale&w kalw=, FUT kalw=.

11.5. Le parfait

Le thème verbal de parfait est toujours dépourvu de voyelle thématique.

A l'actif, il est suivi d'une série de terminaisons de personnes particulière (voir §8.4.2, fin)

Il comporte le plus souvent un redoublement. Celui-ci peut prendre deux formes :

  • Si le radical commence par une consonne, celle-ci est redoublée et suivie de la voyelle e  :

pe-poi&h-ka, le&-loip-a, ge&-gon-a .

Certains verbes dont le radical commence par deux consonnes ou par r( ont à la place du redoublement un préfixe e)- (et le r se double) :

e!-gnw-ka, e!r-rif-a, e!-yeus-mai (de gi-gnw&-skw, r(i&ptw, yeu&d-omai ) .

- Si le radical commence par une voyelle, cette première voyelle et la consonne qui la suit sont répétées, et le plus souvent la voyelle initiale est allongée ( o w, a et e h ) :

o!l-wl-a, a)k-h&ko F -a, e)l-h&l-eg-mai .

Certains radicaux qui commencent par une voyelle n'ont pas ce redoublement, et allongent seulement la voyelle initiale :

h}g-mai (de a!g-w ), w}m-mai (sur le même radical o)p-, avec assimilation de la consonne, que o!y-omai , futur de o(ra&w, w= ).

Au moyen, il n'y a pas de suffixe caractéristique du parfait, ni de voyelle thématique. Les désinences primaires s'ajoutent directement au radical : le&-lu-mai, pe-poi&h-mai, ge-ge&nh- mai.

A l'actif, la série de terminaisons de personne est – a, -aj, -e . Elle s'ajoute soit au suffixe – k - ( le&luka, e!gnwka...), soit directement au radical du verbe (le&loipa, ge&gona), soit (parfois) à un suffixe /h/ qui se combine avec la consonne finale du radical ( te&trofa de tre&pw ).


12. Le mode participe

Le participe étant la forme adjectivale du verbe, il porte, comme un adjectif, des marques de déclinaison (le type de déclinaison varie selon le genre et selon le suffixe de participe).

12.1.       Examinons les formes verbales suivantes :

1 e sg Indic.

Traduction

Infinitif

Participe au masculin

     

(nominatif + génitif)

PRESENT THEMATIQUE ACTIF

   

pisteu&w

j'ai confiance

pisteu&ein

pisteu&wn, pisteu&ontoj

e)sqi&w

je mange

e)sqi&ein

e)sqi&wn, e)sqi&ontoj

feu&gw

je fuis

feu&gein

feu&gwn, feu&gontoj

kale&w, w=

j'appelle

kalei=n

kalw=n, kalou=ntoj

PRESENT THEMATIQUE MEDIO-PASSIF

 

bou&lomai

je veux

bou&lesqai

boulo&menoj, boulome&nou

kaqe&zomai

je suis assis

kaqe&zesqai

kaqezo&menoj, kaqezome&nou

h(gou=mai

je pense

h(gei=sqai

h(gou&menoj, h( goume&nou

     

AORISTE THEMATIQUE ACTIF

   

e!fagon

j'ai mangé

fagei=n

fagw&n, fago&ntoj

e!labon

j'ai pris

labei=n

labw&n, labo&ntoj

h}lqon

je suis venu

e)lqei=n

e)lqw&n, e)lqo&ntoj

e!fugon

j'ai fui

fugei=n

fugw&n, fugo&ntoj

ei}pon

j'ai dit

ei)pei=n

ei)pw&n, ei)po&ntoj

AORISTE THEMATIQUE ACTIF

   

e)geno&mhn

je devins

gene&sqai

geno&menoj, genome&nou

       

PRESENT ATHEMATIQUE ACTIF

 

di&dwmi

je donne

dido&nai

didou&j, dido&ntoj

ti&qhmi

je pose

tiqe&nai

tiqei&j, tiqe&ntoj

       

PRESENT ATHEMATIQUE MEDIO-PASSIF

 

di&domai

je suis donné

di&dosqai

dido&menoj, didome&nou

ti&qemai

je suis posé

ti&qesqai

tiqe&menoj, tiqeme&nou

       

AORISTE SIGMATIQUE (à suffixe - sa ) ACTIF

 

e)pi&steusa

j'eus confiance

pisteu=sai

pisteu&saj, pisteu&santoj

h!kousa

j'entendis

a)kou=sai

a)kou&saj, a)kou&santoj

AORISTE SIGMATIQUE (à suffixe - sa ) MOYEN

 

h(ghsa&mhn

je pensai

h(gh&sasqai

h(ghsa&menoj, h(ghsame&nou

AORISTE à suffixe – qh (en général passif)

 

e)boulh&qhn

je voulus

boulhqh=nai

boulhqei&j, boulhqe&ntoj

e)fobh&qhn

je fus terrifié

fobhqh=nai

fobhqei&j, fobhqe&ntoj

12.2.       Caractéristiques morphologiques des formes de participe

12.2.1. Répartition des suffixes de mode 

 

Actif

Passif

Moyen

PRESENT

-nt-

-men-

-men-

AORISTE

-nt-

-nt-

-men-

12.2.2. Le suffixe médio-passif – men-

Le suffixe de participe au médio-passif (sauf pour l'aoriste en – qh )   est – men – ; la terminaison de cas étant – ou au génitif masculin singulier, ce suffixe exige les terminaisons de la deuxième déclinaison au masculin et au neutre.

Au féminin, au moyen, la flexion du suffixe – men – est celle de timh&  : boulome&nh, boulome&nhj, h(ghsame&nh, h(ghsame&nhj.

12.2.3. Le suffixe -nt-

L'examen de ces formes verbales amène aux conclusions suivantes.

  • Le suffixe – nt – est celui des participes au présent actif et aux aoristes actif et passif
  • La terminaison de cas étant – oj au génitif masculin singulier, ce suffixe exige les terminaisons de la troisième déclinaison au masculin et au neutre.
  • Au masculin et au neutre, aux autres cas que le nominatif masculin singulier et le datif pluriel, devant le suffixe – nt – il n'y a qu'une voyelle brve, sauf dans la conjugaison des verbes contractes.
  • Le nominatif masculin singulier correspondant à un génitif à suffixe – nt – ne laisse pas apparaître visiblement ce suffixe.

Dans les formations thématiques, ce nominatif s'est formé par allongement de la voyelle thématique ( o w , comme dans la déclinaison de dai&mwn ) et le t caractéristique du participe a disparu en position finale (⇒ wn ).

Pour les formations qui ne comportent pas de voyelle thématique, la marque de nominatif j s'était ajoutée à – nt – ; au terme de l'évolution phonétique de ce groupe de consonnes difficile à prononcer, le j seul est resté et le suffixe – nt – n'apparaîtra plus, mais sa disparition est compensée par l'allongement de la voyelle finale du radical ou de la voyelle thématique ( e ei, o ou ).

  • Pour les participes qui ont le suffixe – nt – au masculin ou au neutre, l'élément caractéristique du participe féminin au nominatif est le suffixe sa  : (pisteu&ousa, feu&gousa, eu(rou=-sa). La déclinaison du suffixe   -sa est celle de do&ca (avec a bref) , do&chj. Ce suffixe -sa   est toujours précédé d'une des voyelles longues a, ei, ou (comme pour le nominatif masculin, il y a eu un allongement compensatoire). Quand on a une suite -sa-sa , le premier sa est le suffixe d'aoriste, le second sa le suffixe de participe féminin.

Quelques observations sur la place de l'accent, pour faciliter l'identification des formes :

  • La formation en – wn, -ontoj est commune au participe présent thématique actif et au participe aoriste thématique actif. Néanmoins, ces formes se distinguent par l'accentuation : à l'infinitif aoriste et au participe aoriste, l'accent est sur la voyelle thématique
  • Les participes en – saj, -santoj sont toujours accentués d'un aigu sur la voyelle qui précède le suffixe – sa - [ce qui les différencie de la désinence - saj de 2 e S de l'indicatif aoriste,   où l'accent est sur la troisième syllabe à partir de la fin] : participe a)kou&saj, u(bri&saj ? vs indicatif 2 e Sg. h!kousaj, u#brisaj.
  • Les participes en – eij, -entoj , sont toujours accentués d'un aigu sur la voyelle qui précède le suffixe de participe : boulhqei&j, boulhqe&ntoj [ce qui les différencie de la désinence eij de 2 e S de l'indicatif présent, qui n'est jamais accentuée d'un aigu].

13. Le mode subjonctif

Le subjonctif a trois thèmes verbaux, le présent, l'aoriste et le parfait (qui est peu usuel).

On trouve à tous les thèmes verbaux les mêmes désinences de personne-voix primaires.

Voici le subjonctif des verbes au présent thématique :

 

Actif

Médio-passif

1 e S

tre&f-w

tre&f-w-mai

2 e S

tre&f-h|j

tre&f-h|

3 e S

tre&f-h|

tre&f-h-tai

1 e P

tre&f-w-men

tref-w&-meqa

2 e P

tre&f-h-te

tre&f-h-sqe

3 e P

tre&f-wsi n

tre&f-w-ntai

Par rapport à l'indicatif, la différence est la présence d'un h là où il y avait la voyelle thématique e , et d'un w là où il y avait la voyelle thématique o.

Ces voyelles longues h / w suivies des désinences primaires sont caractéristiques du subjonctif de tous les formes verbales (sauf celles des présents contractes)  aussi bien au présent qu'à l'aoriste du subjonctif. Les formations non thématiques ont ces voyelles surmontées d'un accent circonflexe (il y a eu contraction avec la voyelle   finale du radical).

1 e et 2 e sg Indicatif

traduction

1 e et 2 e sg Subjonctif

     

PRESENT THEMATIQUE ACTIF

   

pisteu&w, pisteu&eij

j'ai confiance

pisteu&w, pisteu&h|j

     

PRESENT THEMATIQUE MEDIO-PASSIF

   

bou&lomai, bou&lh|

je veux

bou&lwmai, bou&lh|

     

AORISTE THEMATIQUE ACTIF

   

e!fagon, e!fagej

j'ai mangé

fa&gw, fa&gh|j

     

AORISTE THEMATIQUE ACTIF

   

e)geno&mhn

je devins

ge&nwmai, ge&nh|

     

PRESENT ATHEMATIQUE ACTIF

   

di&dwmi

je donne

didw=, didw|=j

ti&qhmi

je pose

tiqw=, tiqh|=j

     

PRESENT ATHEMATIQUE MEDIO-PASSIF

   

di&domai

je suis donné

didw=mai, didw=|

ti&qemai

je suis posé

tiqw=mai, tiqh|=

     

AORISTE SIGMATIQUE (à suffixe - sa ) ACTIF

   

e)pi&steusa

j'eus confiance

pisteu&sw, pisteu&sh|j

     

AORISTE SIGMATIQUE (à suffixe - sa ) MOYEN

   

h(ghsa&mhn

je pensai

h(gh&swmai, h(gh&sh|

AORISTE à suffixe – qh

   

e)boulh&qhn

je voulus

boulhqw=, boulhqh=|j

Pour les présents thématiques contractes, la marque du subjonctif est aussi une voyelle longue alternante surmontée d'un accent circonflexe, mais le second timbre vocalique de l'alternance n'est pas toujours h  ; seuls les contractes en ew=, w= font alterner  h et w ; le second timbre vocalique de l'alternance est a pour tima&-w, o ou w   pour doulo&-w  :

 

Actif

   

1 e S

Poiw=

Timw=

Doulw=

2 e S

Poih|=j

Tima=|j

Douloi=j

3 e S

Poih|=

Tima=|

Douloi=

 

Médio-passif

   

1 e S

Poiw=mai

Timw=mai

Doulw=mai

2 e S

Poih|=

Tima=|

Douloi=

3 e S

Poih=tai

Tima=tai

Doulw=tai

14. Le mode optatif

Ce mode a quatre thèmes verbaux, le présent, l'aoriste et le parfait (qui est peu usuel), et aussi le futur, car le mode optatif peut avoir des valeurs non seulement aspectuelles mais aussi temporelles, en particulier quand il sert à l'expression du discours rapporté.

Ce mode se caractérise par des désinences de personne presque toutes secondaires :

Moyen :

  -mhn

-so > -o

-to

-meqa

-sqe

-nto

Actif :

  -mi ou -n

-j

rien

-men

-te

-en

La voyelle thématique (s'il y en a une) est toujours de timbre –o–.

Voici l'optatif des verbes au présent thématique :

 

Actif

Médio-passif

1 e S

le&g-o-i-mi

leg-o-i&-mhn

2 e S

le&g-o-i-j

le&g-o-i-o

3 e S

le&g-o-i

le&g-o-i-to

1 e P

le&g-o-i-men

leg-o-i&-meqa

2 e P

le&g-o-i-te

le&g-o-i-sqe

3 e P

le&g-o-i-en

le&g-o-i-nto

La désinence de mode est     i     ou   ih – .

De façon plus précise, à l'époque classique, c'est – i   à toutes les personnes des radicaux se terminant par i, par u ou par une consonne (que le verbe soit thématique ou athématique – dans ce cas on examine le radical sans voyelle thématique pour savoir par quel phnème il s'achève), et   ih   à l'actif singulier et – i   au pluriel et au moyen des radicaux se terminant par des voyelles de timbre E, A, O.

Le tableau ci-dessous donne le détail des différentes sous-catégories :

Phonème de fin du radical

Finale de première personne (S/P/M)

Thèmes verbaux

consonne,

i, u

o-i-mi

1°S

pra&tt-oimi,

le&g-oimi,

i!d-oimi ,

lu&-s-oimi

i!-oimi

lelu&k-oimi

- thématiques de PR,

AOR et FUT

- quelques athématiques

- les PFT actif

suffixe –sa

sa-i-mi

1°S

lu&-sa-imi

- AOR sigmatiques

e

a

o

-ih-n

-i-men /  mhn

1°S

et

1°P

1°S

tiqe-i&h-n,

tiqe-i=-men,

dido-i&h-n

dido-i=-men

qe-i&h-n, do-i&h-n

- athématiques de PR

- athématiques d’AOR

e

a

o

o-ih-n

o-i-men /  mhn

1°S

1°M

tima-o-i&h-n > timw&|hn

poioi&hn,

poioi&mhn

- thématiques contractes

h

a

w

e

a-ih-n

o

1°S

luqe-i&h-n

xare-i&h-n

gno-i&h-n

AOR en –qh-

AOR de xai&rw (e)xa&rhn)

AOR de gignw&skw (e!gnwn)

h

a

w

e

a-i-men / mhn

o

1°P

luqe-i=-men

xare-i=-men

gno-i=-men

AOR en –qh-

AOR de xai&rw (e)xa&rhn)

AOR de gignw&skw (e!gnwn)

La conjugaison à l'optatif des aoristes sigmatiques (en – sa ) présente des doublets ; c'est la forme inattendue (en se ...) qui est la plus ancienne et la plus fréquente au V e siècle :

1 e S

saimi

1 e P

saimen

2 e S

seiaj ou saij

2 e P

saite

3 e S

seie ou sai

3 e P

seian ou saien

15. Le mode impératif

Ce mode, qui n'a que des valeurs aspectuelles, s'observe au présent et à l'aoriste.

Il n'existe qu'à la deuxième et la troisième personne.

Il n'a pas de suffixe de mode, mais ses désinences sont souvent particulières à ce mode, sauf à la deuxième personne du pluriel.

Désinences de deuxième personne du pluriel

Actif : - te             Médio-passif : - sqe

Ces formes sont toujours identiques à celles de la deuxième personne du pluriel de l'indicatif du même thème verbal.

Désinences  de deuxième personne du singulier

  • On observe une grande variété de formations :

ble&pe   "regarde" , lei&pe "laisse"  

PR thématique actif

li&pe "laisse",     ei)pe& "dis", e)lqe& "viens"

AOR thématique actif  

poi&ei     poi&e-e "fais"
ti&ma     ti&ma-e "honore"
e)leuqe&rou     e)leuqe&ro-e "libre"

PR thématique contracte actif

di&dou     di&do-e "donne"

PR athématique actif

gi&gnou   gi&gne-so "deviens"

PR thématique moyen  

ge&nou     ge&ne-so "deviens"

AOR thématique moyen 

poiou=         poie&-e-so "fais"
e)leuqerou=       e)leuqero&-e-so "libère"

PR thématique contracte  moyen  

dou=     do&-so "donne"

AOR athématique moyen

do&-v "donne"

AOR athématique actif

i}s-qi "sois"
i}-qi "va"
fa&-qi "dis"

PR athématique actif

gnw=-qi     "connais"

AOR athématique actif  

ble&yon   "regarde"  
poi&hson "fais"

AOR sigmatique actif

ble&yai "regarde"  

AOR sigmatique moyen  

  • Récapitulation des formations usuelles :
 

Actif

Médio-passif

  • Thèmes à voyelle thématique

-e

-ou ⇒ *( e ) -so

  • Thèmes sans voyelle thématique

-e   ou   -qi

-so

à l'AOR actif

-j

 

à l'AOR passif en – qh-

 

-ti ⇒ * qi

  • Thèmes d'AOR sigmatique

-s-on

s-ai

  • Remarques sur ces désinences  :

Les formes en – sai sont identiques à celles des infinitifs actifs.

Les formes en – ou et en - so ne se différencient de certaines formes du passé de l'indicatif que par l'absence d'augment : ge&nou e)ge&nou (de l'AOR e)geno&mhn ) , di&doso e)di&doso (imparfait de di&dwmi ).

D'autres formes sont semblables, à l'accent près, à des formes de troisième personne de l'indicatif : poi&ei a{ poiei= "fais ce qu'il fait", ei)pe& moi a{ ei}pe   "dis-moi ce qu'il a dit".

Désinences de troisième personne du singulier et du pluriel

A la différence du français, le grec possède aussi des formes d'impératif à la troisième personne :

            e!stw : qu'il soit ; e!stwn :   qu'ils soient  ; filou&ntwn   : qu'ils aiment.

Tableau des désinences :

 

3 e S

3 e P

actif

e&-tw

o&-ntwn

médio-passif

e&-sqw

e&-sqwn

La voyelle thématique e / o n'apparaît que dans les formations thématiques.

La 3 e P. à l'actif est semblable au génitif pluriel du participe à l'actif.

TROISIEME PARTIE : LES MOTS INVARIABLES

16. Plusieurs classes de mots

L'absence de terminaison variable est le propre de plusieurs catégories de mots : les prépositions, les connecteurs, les conjonctions de subordination, et aussi les interjections, et enfin ce que l'on appelle adverbes, c'est-à-dire un ensemble constitué de plusieurs groupes de fonctionnement sémantique et énonciatif différent.

Dans les ensembles formés par les prépositions, les connecteurs, les conjonctions de subordination, il n'y a aucune homogénéité morphologique perceptible en grec ; seuls importent leurs rôles dans la construction de la syntaxe de la phrase ou celle du texte. En revanche, il y a des ensembles d'adverbes clairement formés à l'aide de suffixes productifs, ou dérivés d'autres catégories de mots.

16.1. Les adverbes créés par dérivation suffixale

Quelques suffixes ont permis la création de sous-classes sémantiquement homogènes.

  • La plus étendue est celle des adverbes de manière à suffixe – wj (- ment en français) : dikai&wj "de manière juste", "justement", sofw=j "de manière sage"

Attention : quelques adverbes en - wj n'ont pas le sens d'un adverbe de manière : i!swj signifie parfois "également", mais beaucoup plus souvent "peut-être" (un événement qui se produira peut-être est un événement qui a des chances égales de se produire ou de ne pas se produire), o#lwj signifie parfois "complètement", mais aussi "en général", "en un mot", o#mwj signifie "cependant, pourtant".

  • A partir des déterminants de quantité (polu&j, o)li&goj, adjectifs numéraux cardinaux), on peut créer des adverbes multiplicatifs avec le suffixe –( k ) ij  : polla&kij "beaucoup de fois", "souvent", o)liga&kij "peu de fois" , di&j "deux fois", tri&j ""trois fois"
  • Un ensemble d'adverbes de lieu de sens locatif (lieu où on est) dérivé de pronoms a une finale – ou  : pou= "où ?", pou "en quelque endroit", ou{ "où", au)tou= "au même endroit", pantaxou= "partout", ou)damou= "nulle part".
  • Un ensemble d'adverbes de temps de sens locatif (moment où on est) dérivé de pronoms a une finale – te  : po&te "quand ?", pote "un jour", o#te "quand", to&te "alors", ou!pote, ou)de&pote "ne...jamais", ou)pw&pote "ne...jamais jusqu'ici/encore".

.

16.2. Les adverbes créés par figement casuel

Des mots d'autres catégories (nom ou adjectif principalement) ont une forme casuelle figée qui correspond à un fonctionnement d'adverbe :

  • formes figées d'adjectifs :

mo&non

seulement

polu&

beaucoup

i)di&a|

en privé

koinh=|

en commun

ta&xa   (vs taxe&wj )

peut-être

plhsi&on

près

e)nanti&on

en face, à l'opposé

prw=ton

d'abord

pro&teron

auparavant

Parfois c'est la forme du comparatif ou du superlatif de l'adjectif qui s'est figée en adverbe : le suffixe de l'adverbe au comparatif est toujours la forme du neutre singulier (- teron ), celui des adverbes au superlatif est la forme du neutre pluriel (- tata, -ista ) : pro&teron "auparavant", a!meinon "mieux", a!rista "parfaitement".

  • formes figées de noms :
sxolh|= "à loisir", "lentement", "péniblement"
oi!kade "à la maison" (lieu où l'on va)
oi!ko "à la maison" (lieu où l'on est)
si=ga "en silence"
  • locutions :
th&meron "aujourd'hui" (= ce jour , deuxième élément h(me&ra )
panta&pasi "tout à fait"
e!peita forme composée de ei}ta   "ensuite"

Adverbes composés

Les adverbes négatifs

ou!pote, ou)de&pote

ne ... jamais

ou)damou=

ne ... nulle part

ou)damw=j

ne ... nullement

ou!pw

ne ... pas encore

Des adverbes négatifs de même sens sont formés avec la négation mh& : mh&pote, mhde&pote , mhdamou= , mhdamw=j .

ADVERBES DEMONSTRATIFS DE LIEU

         (lieu où l'on est)          (lieu où l'on va)          (lieu d'où l'on vient)

e)nqa&de

ici

e)nqe&nde

d'ici

e)ntau=qa

ci / là

e)nteu=qen

d'ici / de là

e)kei=

là, là-bas

e)kei=qen

de là