Réduire le menu

8.3. Le logos à l’origine des progrès de l’humanité

toi=j me\n ga_r a1lloij oi[j e1xomen

ou)de\n tw~n a1llwn zw&wn diafe/romen,

a)lla_ pollw~n

kai\ tw|~ ta&xei kai\ th|~ r(w&mh|

kai\ tai=j a1llaij eu(pori/aij

katadee/steroi tugxa&nomen o1ntej.

1

2

3

4

5

6

Par les autres caractéristiques que nous avons,

nous ne différons en rien des autres êtres vivants,

mais, <par rapport à > beaucoup

pour la rapidité, la force

et les autres capacités

il se trouve que nous sommes inférieurs.

e0ggenome/nou d' h(mi=n

tou~ pei/qein a)llh&louj

kai\ dhlou~n pro_j h(ma~j au)tou_j

peri\ w{n a2n boulhqw~men,

ou) mo&non tou~ qhriwdw~j zh~n

a)phlla&ghmen,

a)lla_ kai\ sunelqo&ntej

po&leij w|)ki/samen

kai\ no&mouj e0qe/meqa kai\ te/xnaj eu3romen,

kai\ sxedo_n a3panta

ta_ di' h(mw~n memhxanhme/na

lo&goj h(mi=n e0stin o( sugkataskeua&saj.

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

Mais comme il est en nous

de nous persuader les uns les autres

et de nous manifester réciproquement

ce que nous voulons,

non seulement nous nous sommes délivrés

du mode de vie des bêtes sauvages

mais encore, en nous rassemblant,

nous avons fondé des cités,

nous nous sommes donné des lois et

nous avons découvert des techniques

et pour presque toutes nos réalisations,

c'est la parole qui pour nous en a été le maître d'œuvre.

ou{toj ga_r

peri\ tw~n dikai/wn kai\ tw~n a)di/kwn

kai\ tw~n ai0sxrw~n kai\ tw~n kalw~n

e0nomoqe/thsen:

tou&tw| kai\ tou_j kakou_j e0cele/gxomen

kai\ tou_j a)gaqou_j e0gkwmia&zomen.

Dia_ tou&tou

tou&j t' a)noh&touj paideu&omen

kai\ tou_j froni/mouj dokima&zomen:

to_ ga_r le/gein w(j dei=

tou~ fronei=n eu} me/giston shmei=on poiou&meqa,

kai\ lo&goj a)lhqh_j kai\ no&mimoj kai\ di/kaioj

yuxh~j a)gaqh~j kai\ pisth~j

ei1dwlo&n e0stin.