Réduire le menu

5.1. Œdipe interroge Jocaste sur les circonstances de la mort du roi Laïos

 

1

 

Oi. kai\ pou~ 'sq' o( xw~roj ou{toj ou{ to&d' h}n pa&qoj;

Io. Fwki\j me\n h( gh~ klh|&zetai, sxisth_ d' o(do_j

e0j tau)to_ Delfw~n ka)po_ Dauli/aj a1gei.

Oi. kai\ ti/j xro&noj toi=sd' e0sti\n ou(celhluqw&j;

Io. sxedo&n ti pro&sqen h2 su_ th~sd' e1xwn xqono_j

a)rxh_n e0fai/nou tou~t' e0khru&xqh po&lei.

2

3

4

5

6

7

Œ.- Et où est cet endroit où ce malheur eut lieu ?
Jo.- Le pays s'appelle la Phocide, le croisement
est celui où les routes venant de Delphes et de Daulia mènent vers le même endroit.
Œ.- Et combien de temps s'est-il passé depuis ?
Jo. – <C'est> un peu avant que toi,
tu te révèles ayant (=avoir) le pouvoir sur cette terre
<que> ceci fut proclamé à la ville.

Oi. w} Zeu~, ti/ mou dra~sai bebou&leusai pe/ri;

8

Œ.- O Zeus, qu'as-tu décidé de faire à mon sujet ?

Io. ti/ d' e0sti/ soi tou~t', Oi0di/pouj, e0nqu&mion;

Oi. Mh&pw m' e)rw&ta: to_n de_ La&ion fu&sin

ti/n' ei}xe fra&ze, ti/na d' a)kmh_n h3bhj e1xwn.

Io. me/gaj, xnoa&zwn a1rti leukanqe\j ka&ra.

morfh~j de\ th~j sh~j ou)k a)pesta&tei polu&.

Oi. oi1moi ta&laj: e1oik' e0mauto_n ei0j a)ra_j

deina_j proba&llwn a)rti/wj ou)k ei0de/nai.

Io. pw~j fh|&j; o)knw~ toi pro_j s' a)poskopou~s', a1nac.

9

10

11

12

13

14

15

16

Jo.- En quoi ceci est-il préoccupant pour toi, Œdipe ?

Œ.- Ne me demande rien encore. Mais Laïos,

dis-moi quel était son aspect. Quel âge portait-il ?

Jo.- <Il était> grand, sa tête commençait juste à blanchir,

il n'était pas très éloigné de ton aspect.

Œ.- Hélas ! malheureux ! Il semble que, sans le savoir,

je me suis jeté à moi-même de terribles imprécations.

Jo.- Que dis-tu ? Certes j'hésite à te regarder, ô roi !

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 

[ … ]

Oi. po&teron e0xw&rei baio&j, h2 pollou_j e1xwn

a1ndraj loxi/taj, oi[' a)nh_r a)rxhge/thj;

Io. pe/nt' h}san oi9 cu&mpantej, e0n d' au)toi=sin h}n

kh~ruc: a)ph&nh d' h}ge La&ion mi/a.

17

18

19

20

Œ.- Est-ce qu'il voyageait modeste,

ou ayant beaucoup d'hommes d'armes, comme un homme souverain ?

Jo.- Ils étaient cinq à eux tous, et parmi eux

était un héraut; un seul char menait Laïos.

Extrait de Sophocle, Œ-Roi, 733-753