Réduire le menu

4.3.4. Traduction

Simiké, servante de la maison, appelle au secours Sikon, esclave d’une famille de citadins, celle de Sostratos, qui offre un sacrifice au sanctuaire voisin, puis Gorgias, le beau-fils de son maître, qui habite la maison voisine mais qui est fâché avec son beau-père.

Grec ancien   Français
Sim.  ti/j a2n bohqh&seien;  w! ta&lain'  e0gw&.

       ti/j a2n bohqh&seien;

Sik.                                 9Hra&kleij a1nac,

       e0a&saq' h(ma~j pro_j qew~n kai\ daimo&nwn

       sponda_j poih~sai. loidorei=sqe, tu&ptete:

       oi0mw&zet': w2 th~j oi0ki/aj th~j e0kto&pou.

1

2

 

3

4

5

Sim. – Qui pourrait <m'>aider?

Oh! Malheureuse  que je suis ! Qui pourrait <m'>aider?

Sik. – Seigneur Héraclès!

Laissez-nous, au nom des dieux et des divinités,

faire nos libations. Vous injuriez, vous frappez,

Vous gémissez! Oh! L'extravagante maisonnée!

Sim. o( despo&thj e0n tw~|  fre/ati.

Sik.                                            pw~j;

Sim.                                                   o3pwj;

       i3na th_n di/kellan e0ce/loi kai\ to_n ka&don,

       kate/baine, kai}t' w1lisq' a1nwqen,

       w3ste kai\ pe/ptwken.

6  
 

7

8

9

Sim. –Le maître est dans le puits.

Sik. – Comment?

Sim. – Comment !

Pour en retirer la houe et le seau

il descendait, et alors il a glissé d'en haut,

de sorte qu'il est tombé aussi.

Sik.          ou) ga_r o( xalepo_j ge/rwn sfo&dra

       ou{toj ; kala& g' e0poi&hse, nh_ to_n Ou)rano&n.

       w} filta&th grau~, nu~n so_n e1rgon e0sti/.

 

Sim. pw~j ;

Sik.        o3lmon tin' h2 li/qon tin' h2 toiou~to& ti

       a1nwqen e1nseison labou~sa.

 

Sim.                                     fi/ltate, kata&ba.

Sik.  Po&seidon, i3na to_ tou~ lo&gou pa&qw,

       e0n tw~| fre/ati kuni\ ma&xwmai ; mhdamw~j.

 
10

11

 

12

 

13

 
 

14

15

Sik. – N'est-ce pas ce vieillard tout à fait pénible?

Il a bien fait, par Ouranos.

O très chère vieille, maintenant à toi d'agir.

                   (= l'action est tienne)

Sim. – Comment ?

Sik. –  Un mortier, un bloc de pierre ou

quelque chose de tel, d'en haut jette-le <sur lui>

l'ayant pris (=prends-le et jette-le).

Sim. –  Très cher, descends

Sik. –Poséidon! Pour que je subisse le <sort>

du proverbe, que dans le puits je me batte

avec un chien? En aucune façon.

Sim.  w} Gorgi/a, pou~ gh~j ei] ;

Go.                                          pou~ gh~j e0gw& ;

       ti/ e0sti/, Simi/xh ;

Sim.                           ti/ ga&r ; pa&lin le/gw:

       o( despo&thj e0n tw~| fre/ati.

Go.                                             Sw&strate,

     e1celqe deu~r': h(gou~, ba&diz' ei1sw taxu&.

16  

17

 

18

 

19

Sim. – O Gorgias, en quel endroit de la terre es-tu?

Go. – En quel endroit de la terre je suis?

Qu’y a-t-il, Simiké ?

Sim. – Ce qu’il y a? je le redis :

Le maître est dans le puits.

Go. – Sostratos,

viens ici! <Toi>, conduis-<nous>,

rentre en vitesse! (= marche vers l'intérieur rapidement)

"Le maître est tombé dans le puits !", Une scène du Dyscolos de Ménandre (620-638)